Gitlab CSE Unil

help_fr.html 2.75 KB
Newer Older
M. Chardon's avatar
M. Chardon committed
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
35
<div class="modal-dialog">

    <!-- Modal content-->
    <div class="modal-content">
        <div class="modal-header">
            <button type="button" class="close" data-dismiss="modal">&times;</button>
            <h4 class="modal-title"><span class="i18n" data-lang="help"></span></h4>
        </div>
        <div class="modal-body">

            <p>
                L’aléatoire est une notion mathématique utile à plusieurs secteurs de la vie moderne. Elle est entre autres retrouvée dans les systèmes de géolocalisation, dans les jeux de hasard informatisés et en cryptologie sous la forme de suites de nombres aléatoires. La définition mathématique d’une suite aléatoire est encore de nos jours ouverte aux débats. Certaines propriétés ont néanmoins pu être démontrées, et un certain consensus formé autour de trois définitions : 
            </p>
            <ul>
                <li>« Une suite aléatoire ne doit posséder aucune régularité exceptionnelle et effectivement testable » (Martin-Löf 1966)</li>
                <li>« Une suite aléatoire doit posséder un contenu informationnel incompressible » (Levin 1974, Chaitin 1975)</li>
                <li>« Une suite aléatoire doit être imprévisible, c’est-à-dire qu’aucune stratégie effective ne peut mener un gain infini si l’on parie sur les termes de la suite » (Schnorr 1971)</li>
            </ul>
            <p>
                Ainsi, toute suite dite aléatoire ne peut être décrite ou générée par un algorithme. Si c’est le cas, la suite sera classée comme suite pseudo-aléatoire et son caractère aléatoire dépendra de l’entropie demandée par le contexte.
            </p>
            <p>
                Les phénomènes permettant une génération ont été rassemblés en trois catégories : les phénomènes imprévisibles (dés, tirage au sort,..), les phénomènes physiques (radioactivité, bruits électromagnétiques, …) et des générateurs mixtes qui mêlent les phénomènes susmentionnés à des algorithmes.
            </p>
            <p>
                Un quatrième moyen potentiel est le cerveau humain. Il a déjà été montré que les décisions humaines sont fortement liées à plusieurs types de biais, mais peu d’études se sont intéressées à la capacité humaine de produire une suite de nombres de manière aléatoire et à mesurer cette entropie.
                Pour se faire, il sera demandé à l’opérateur d’écrire une suite de chiffres tirés aléatoirement puis de jouer avec afin d’essayer d’être le moins prévisible possible.
            </p>

        </div>
        <div class="modal-footer">
            <button type="button" class="btn btn-default" data-dismiss="modal">Ok</button>
        </div> 
    </div>
</div>